Géoli et Géola ~ 3/ Vies terrestres

Vies terrestres

La Source et les Anges observent maintenant ce qui se passe sur la nouvelle planète et un être surtout attire leur attention.

Il provient d’une galaxie lointaine et il s’insère dans cet astre nouveau. Il habite le monde minéral : un morceau de roche, une pierre, un gros caillou.

Il fait bon, très bon en ce lieu.
Source et Anges tournent leurs regards vers la pierre.
En écoutant bien, on entend chanter autour d’elle…

Au début c’est comme si une seule voix résonne, elle semble venir de l’intérieur.
Or, un jour, une seconde voix se perçoit à côté de la première.
Que leur chant est beau ! Les deux mélodies s’entremêlent merveilleusement et offrent une musique splendide.
De nombreux Anges et bien d’autres êtres de la nature arrivent, attirés par le concert.

— Cette pierre exprime quelque chose dit l’un des Anges, et je comprends sa mélodie.
— Nous allons exaucer son voeu, si le vent veut bien souffler et répondre à ce désir, ajoute un autre qui sait aussi écouter.

Une véritable tempête secoue alors la planète.
Ces événements sont ressentis par toutes les galaxies qui perçoivent autant le murmure de ce chant que la force de l’ouragan…

La tempête s’amplifie.

Tout à coup, un rocher situé légèrement au-dessus, se détache et tombe sur la pierre.

Le fracas est puissant !
Celle-ci se fend, elle se partage en deux et deux éclats jaillissent de part et d’autre du roc colossal.

Oaoaoaoah !
Le chant retentit bien plus fort !
Ooooh ! Une des mélodies sort de l’un des deux morceaux de roche.
Aaaah ! La deuxième se déploie à partir de la seconde roche !
Les 2 airs résonnent maintenant dans l’espace, bondissant avec le vent, frappant la montagne et revenant en écho jusqu’à la pierre ouverte.

Quelle merveille !
Deux bouts de géode apparaissent avec de magnifiques cristaux de quartz dans les deux parties creuses.

Bientôt le chant s’arrête.
Et l’on entend le dialogue :
— Nous avions commencé à sentir des différences entre nous à l’intérieur de la roche et maintenant nous sommes complètement indépendants… Es-tu bien ?
— Oui. Je ne te vois pas : le gros rocher, qui est tombé, nous a isolés. Je sais que tu es de l’autre côté.
Ah ! La lumière est si belle, il faisait sombre dans la géode.
Il me semble que nous pouvons encore nous retrouver !
— Oui, je te rejoins : nous danserons ensemble comme avant !

On peut distinguer deux formes qui s’éloignent chacune d’une des deux parties de la géode…
Les formes se retrouvent et se mettent tout à coup à tournoyer ensemble. Elles font comme une spirale qui s’élève vers le ciel.

Leurs figures et leurs mouvements terminés, chacune rejoint son bout de pierre…

A force de se revoir et de jouer toutes les deux, elles deviennent de plus en plus différentes l’une de l’autre.
Dans les jeux : une forme propose, l’autre suit et trouve des jolis aménagements aux ébats.
Dans les danses l’une fait des mouvements très souples, l’autre suit le rythme en ondulant des saccades…

Elles se disent alors qu’elles voudraient bien connaître autre chose que juste leurs jeux communs.

— Les Anges sont restés à les observer.
Ils entendent la nouvelle suggestion et les cieux résonnent d’une grande concertation.
— Il est temps de donner un nom à chacune des parties de la géode, annonce l’un des participants.

L’Ange baptiseur s’approche et claironne :
— Géoli, voici ton nom
et il effleure de son aile une des pierres creuses.
Il fait de même avec l’autre et son nom résonne à son tour :
— Maintenant tu es Géola…

Un autre Ange vient.
Il fait une proposition aux deux morceaux de géode :
— Voulez-vous devenir plante ou animal afin d’explorer des vies nouvelles ?
Les deux êtres sont ravis.

Ils sont différents, leurs chemins se séparent
Ils restent encore sur Gaïa, cependant ils sont loin, tous les deux.
Géola devient un arbre.
Et Géoli est un insecte qui vole et bruisse.

Géola fait pousser ses racines, il passe entre les rochers et pénètre dans la terre, profondément.
Il développe aussi ses branchages et son feuillage qu’il étire haut vers le ciel…
Sa taille devient considérable.
Il déploie sa beauté.
Et tout ce qui existe autour de lui, admire sa majesté en le laissant occuper l’immensité dont il a besoin.

Loin, très loin de là, l’insecte vole et bourdonne,
il se déplace de plus en plus vite,
il apprend à profiter du vent.
Il fait bruisser ses ailes.

Des oiseaux passent, or l’insecte est si joyeux et si beau à virer et tournoyer qu’aucun d’eux ne se risquerait à le déranger !

L’aventure est merveilleuse et en appelle d’autres !

Les Anges proposent à Géoli et Géola une nouvelle expérience :
— Si vous échangiez vos rôles ?
Au début le nouvel insecte est tout désorienté il se sent lourd sur la mousse où il se trouve, il est incapable de bouger…
Puis il expérimente qu’il peut demander à ses pattes et à ses ailes de bouger, alors il se déplace.
Plus tard, même, il vole.
Quant au nouvel arbre, il n’est pas large, il est plutôt mince et effilé. Il s’élève très très haut et surplombe tout le paysage.

Bientôt il est temps pour l’un et l’autre de connaître de nouveaux domaines et grâce à la participation des Anges, l’arbre se transforme en oiseau et l’insecte devient un chat sauvage dans les herbes.

L’oiseau vit dans les pays chauds.
Il a de belles couleurs vives, c’est un toucan à l’immense bec orange vert et jaune.

Il chante beaucoup.
Il honore sa possibilité d’égayer ainsi la vie et d’exprimer la joie qui existe.
Le chat sauvage court dans les montagnes.
Son pelage tacheté est de la même couleur que la terre et les rochers, il peut facilement se cacher…
Il aime particulièrement s’étendre au sol et se reposer au soleil…

Les Anges reflétant l’infinie sagesse leur proposent une nouvelle péripétie…
Géoli toujours enthousiaste change encore de forme et Géola, de même.
Les Anges les placent dans la même mer où Géola devient poisson et Géoli crabe.
Ils se rencontrent et se reconnaissent…

Ils sont tout heureux de se voir.
Or, ils ne peuvent pas facilement reprendre les jeux d’autrefois…
Ils ont tant changé, chacun…
Le poisson nage et n’apprécie pas de racler les fonds…
Le crabe ne se déplace, de côté, que sur le sable et les rochers sous la mer…

Cependant ils ont tant de bonheur à s’être retrouvés qu’il y a comme un ruban souple qui les relie. Et sa courbe prend toutes les couleurs rouge, orange, jaune, vert, bleu, violet…
Elle devient un arc-en-ciel !

De se voir ainsi, si différents, les inquiète un peu, ils ne savent plus très bien qui ils sont, qui est l’autre…
Peu importe, ils se relient à l’arc-en-ciel.

Un être est attiré par la crainte qui apparaît là, c’est Moije.

Il est différent, lui aussi, son corps s’est densifié.

Cela lui crée au demeurant un problème car il ne peut pas, comme de nombreuses créatures, s’alimenter à la Source dont il est séparé.
En fait, plus ce grand créateur combat ou vit dans la division, plus il a des faiblesses dans son corps.
Or il veut survivre.

Pour cela il étudie toutes les populations des différentes constellations et il détecte celles chez qui il peut trouver ce qui lui manque pour continuer, lui, à vivre.
Ce qui lui manque, ce sont certaines caractéristiques des corps : des codes particuliers.
Pour les obtenir, il pratique et organise avec son armée et ses serviteurs des attaques, des enlèvements.
Tous les moyens sont bons !
Et les êtres qui ont peur sont ses plus fidèles agents.

Retour à l’accueil   Suite…